Répondez aux questions sur sa biographie après la lecture

Choisis une seule réponse parmi celles proposées

Réponds aux questions après avoir fait l'écoute de la séquence sonore.

La biographie de Jacques Brel

 

          

Bruxelles

Le plus français des chanteurs belges (ou le plus belge des chanteurs français ?) naît à Bruxelles le 8 avril 1929. Son père, Romain Brel, directeur d'une usine de carton, le destine à un avenir bourgeois et confortable tout tracé.

Mais c'est sans compter sur le caractère du petit Jacques, qui, dès l'école primaire, se trouve être un élément peu discipliné, rêveur, et joueur. A l'institut Saint-Louis en 1941, on le sait chahuteur, et déjà il préfère le français au flamand...

Il découvre le cinéma et le théâtre et s'essaie à l'écriture, développant ainsi sons sens artistique. En 1945, avec des amis, il publie une revue, "Le Grand Feu", qui ne durera que deux numéros ! Lassé des études, il quitte le collège et rejoint la cartonnerie familiale au service commercial.

Mais ce n'est pas encore ça, et pour s'évader à nouveau, Brel décide de faire son service militaire en juin 1948. Il sera affecté à Bruxelles. Jacques se marie en juin 1950 avec Thérèse Michielsen dite Miche et, en décembre 1951, naît Chantal, sa première fille.

Tout en continuant à travailler à la cartonnerie, Jacques veut vivre autrement, et il enregistre à Bruxelles, en février 1953, un disque qu'il souhaite proposer aux radios. Ce premier titre, La Foire / Il y a, marquera le début d'une longue carrière.

C'est à Paris que Jacques, riche de cette première expérience discographique, essaie de se vendre. Il a laissé derrière lui sa femme et sa fille, de peur de les entraîner dans cette difficile aventure. Et, en effet, à ses débuts, la vie est dure: Jacques joue dans les cabarets pour un repas ou cent francs la soirée. La pauvreté le pousse à vivoter, de plonges en spectacles...

Aux Trois Baudets, où débutent alors Brassens, Béart, Mouloudji, Aznavour, Devos, ... Brel fait la rencontre de Jacques Canetti qui le lance en lui permettant d'enregistrer en février 1954 son premier album. Entre-temps, France, sa deuxième fille est née en juillet 1953.

Quand on n'a que l'amour

Brel commence quelques tournées en province, en Afrique du Nord et en Suisse. L'étincelle a lieu en 1957, quand en mars, sort un album comprenant le superbe titre Quand on n'a que l'amour, qui recevra le prix Charles Cros et se vendra très bien.

Les tournées se font internationales, et Jacques, accompagné de ses amis musiciens Rauber et Jouannest, devient une véritable célébrité dès 1959. Mais la vie d'artiste est éprouvante et Jacques ne voit que très rarement "ses femmes" (la famille s'est agrandie en 1958 avec la naissance de sa troisième fille Isabelle).

En 1962, la carrière de Brel s'étoffe: il s'essaie à la radio, crée Pouchenel, une maison d'édition dirigée par sa femme Miche, et surtout change de maison de disques: il quitte Philips pour Barclay en mars 1962, et les deux hommes deviendront de véritables amis au point que leur contrat renouvelé en 1971 sera signé pour une durée de trente ans ! Mais Brel ne tiendra pas jusque là...

La dureté du métier, la solitude, la mort de ses parents en 1964, tout contribue à donner des envies d'ailleurs à Jacques, qui dès 1965 suit des cours de pilotage d'avion.

En 1966, après de nombreuses tournées qui l'ont conduit d'Israël en URSS, Brel, lassé de cette vie et de peur de tomber dans le piège du show-biz, décide d'arrêter la scène. Ses adieux à l'Olympia dureront trois semaines et seront un moment inoubliable de grâce et de beauté. Une dernière tournée s'en suit mais Jacques a déjà la tête et le coeur ailleurs.

Homme de la Mancha

En 1967, à New York, il découvre l'Homme de la Mancha et, séduit par ce spectacle, veut absolument en faire une adaptation française. Ce lourd projet aboutira en octobre 1968 et sera joué 150 fois en tout. Mais la mort de Dario Moreno, son partenaire, et la fatigue, cet épuisement propre à la scène, achèvent Brel.

Le cinéma entre dans sa vie; le bateau, l'avion, l'envie d'être ailleurs, c'est un Brel différent qui passe le cap des années 1970. Pas lassé, mais riche de tant de succès, et fidèle à ses convictions, Brel s'éloigne de la chanson et touche à toutes ses passions. Le cinéma jusqu'à la réalisation de deux films.

Le Cinéma

Le cinéma qui lui offrira l'une de ses plus belles rencontres. Maddly Bamy, sa future compagne, joue un petit rôle dans le film de Lelouch L'aventure c'est l'aventure en 1972. Ils font connaissance et ne se quitteront plus jusqu'à sa mort.

Les Marquises

En 1975, lors d'une croisière sur son bateau, l'Askoy, Brel et Maddly découvrent les Marquises et s'y installent. Dès lors, ce ne sont que voyages et traversées de l'Atlantique, souvent accompagnés d'une des filles de Jacques, entrecoupés par quelques brefs retours en France. La vie est ailleurs et c'est de l'Archipel d'Hiva Oa que Jacques écrira son dernier album Les Marquises en 1977.

Mais Brel est déjà malade (il a longtemps fumé quatre paquets de cigarettes par jour). Les premiers signes de son cancer apparaissent fin 1974. Alors qu'il enregistre Les Marquises à Paris, il a arrêté de boire et de fumer mais c'est trop tard.

Eté 1978. Brel est au plus mal. Il rentre de force à Paris, se fait opérer, puis soigner dans une clinique de Neuilly-sur-Seine. Mais le mal empire, et le 9 octobre 1978, à trois heures du matin, Jacques Brel succombe à une syncope à l'hôpital de Bobigny.

Il retournera aux Marquises, les îles qu'il aimait passionnément, pour y être enterré, à côté de Paul Gauguin.